Par l'association "Media Aetas - Sancti Victoris" mediaaetas2011@libero.it
MA

Associazione

"Media Aetas - Sancti Victoris"

 

Restez en contact avec nous

également sur Facebook et Instagram

Stemmacomune

facebook
instagram
L'église Santa Maria della Rosa

L'église Santa Maria della Rosa est l'église mère de San Vittore del Lazio. Il se trouve dans l'un des points les plus élevés du pays, à proximité de la Piazza Corte dei Santi et domine toute la vallée environnante d'en haut jusqu'aux territoires de San Pietro Infine et Mignano Montelungo au sud, et jusqu'au territoire de Rocca D ' Evandro à l'ouest.

Le système actuel découle des innombrables rénovations qui ont eu lieu au cours des siècles et est d'une configuration du XVIIIe siècle. Cependant, l'église est sans aucun doute d'origine beaucoup plus ancienne, avec le clocher placé au centre de la façade à l'entrée principale.

Comme le montrent les informations contenues dans le "Registrum Censuum et Confinium", au Moyen Âge, le nom original de l'église était "Archipresbiterialis Ecclesia Sanctae Mariae" connue sous le nom de Santa Maria Maggiore, et ce n'est qu'à partir de 1561 qu'elle assumera l'actuel nom de Sanctae Mariae de la Rose. Le changement de nom résulte de l'incorporation de deux autels dans l'église, le Maggiore et Santa Maria della Rosa.

En 1996, quatre vitraux ont été ajoutés par la jeune artiste de San Vittorio Carmen Spennato qui représentent les symboles des évangélistes. En 1998, l'église s'est enrichie d'un autre vitrail artistique, créé par la Domus Dei de Rome, inspiré du thème de l'Esprit Saint. Respectivement en 1994, 1998 et 2000, l'église a été enrichie de trois portails en bronze précieux réalisés par le sculpteur de San Vittorese d'origine abruzzaise Alberto Di Campli. La première, la centrale, s'intitule «Rose mystique» et les panneaux qui la composent retracent les étapes les plus significatives de la vie de Marie. Le second, le latéral, est dédié à San Vittore Martire, saint patron de la ville et reproduit quelques scènes du martyre du saint décapité dans la forêt de Lodi en 303 suite à la condamnation à mort de l'empereur Maximien. Enfin, le troisième, qui donne accès au presbytère adjacent, est intitulé "Le Bon Pasteur". Ces embellissements s'ajoutent à d'autres fortement souhaités par le curé de l'époque Don Antonio Colella qui souhaitait également la restauration du précieux orgue à tuyaux conservé à l'intérieur, la finition en or pur des pilastres de l'édicule avec l'icône de Marie placée au sommet, à le maître-autel, les armoiries de la "Rose mystique" et les chapiteaux des grandes colonnes qui soutiennent les arcs intérieurs.

A l'occasion du 17e centenaire du martyre de San Vittore (2003), deux œuvres de grande importance ont été ajoutées. Le siège du célébrant, situé à côté du maître-autel, est un fonts baptismal de la fin du XIXe siècle à base octogonale, une forme géométrique hautement symbolique si chère à l'association «Media Aetas - Sancti Victoris».

Il convient également de mentionner le gigantesque crucifix en bois réalisé par le sculpteur de San Vittorio Vittorio Costantino et offert à l'église en 1986.

Le maître-autel, de style baroque, a été offert par les San Vittoresi qui ont émigré en Amérique en 1903 à l'occasion du 16e centenaire du martyre de San Vittore.

Comme nous pouvons le voir, par conséquent, à l'intérieur de Santa Maria della Rosa, il y a des œuvres d'une finition exquise parmi lesquelles la chaire d'inspiration cosmatesque se distingue sans aucun doute à l'extrémité de la nef centrale, sur le côté gauche, près du presbytère.

Comme le démontrent certaines sources photographiques, jusqu'au milieu du siècle dernier, la chaire était montée du côté opposé et même mal composée, à tel point que les éléments artistiques à son sommet regardaient dans une direction différente de celle des lions à la base du colonnes qui le soutiennent. Le style auquel se réfère l'œuvre en question est celui des maîtres en marbre romains des XIIe et XIIIe siècles, qui tire son nom de Cosma di Lorenzo, membre de l'importante famille d'artistes qui, au Moyen Âge, obtint des résultats inégalés dans le technique de décoration d'éléments architecturaux par l'utilisation de carreaux de verre, eux-mêmes clairement d'inspiration byzantine. Certes, ni le nom de l'artiste qui l'a réalisé ni la datation de la chaire ne sont connus, bien que le nom de "Cosmatesque" le situe au Moyen Âge. La chaire est soutenue par quatre lions portant des colonnes, dont chacun a une posture sensiblement différente de l'autre, qui à leur tour supportent chacun une colonne sur laquelle repose la partie supérieure formée par des arcs en trèfle. Les colonnes et les chapiteaux qui les surmontent ont des caractéristiques différentes, à la fois dans la couleur des billes et dans la forme, et cela a avancé quelques hypothèses, toutes plausibles. La première est que la chaire peut avoir été réalisée par plus d'un artiste à des moments différents. La seconde est que les matériaux peuvent provenir de différents endroits et être réutilisés après un but antérieur. Une troisième, enfin, est que, pour une raison quelconque, l'œuvre peut être inachevée et que l'artiste n'a pas été en mesure de l'harmoniser dans ses différentes composantes.

En regardant vers le haut, vous pouvez voir les belles mosaïques qui, dans l'une des façades, représentent deux paons se faisant face.

En montant plus loin, l'observateur ne peut s'empêcher de s'attarder sur le décor qui domine la balustrade qui entoure la partie piétonnière de la chaire. Un homme nu tenant un livre, probablement un texte sacré, à son tour griffé par un oiseau de proie.

Au pied de la figure principale, il y a un autre oiseau, qui semble être un hibou, un serpent enroulé autour de la jambe de l'homme et une salamandre en train de mordre le reptile.

C'est un groupe sculptural plein de symbolisme religieux et qui devrait être approfondi. L '"Aeon nu", auquel la figure masculine est identifiée, étant un intermédiaire entre le monde terrestre et Dieu, soutient "la Parole" sous la présence sévère de l'aigle, symbole de force et de puissance. Le serpent accroché à la jambe de la figure masculine renvoie certainement à la menace du péché et la salamandre, en tant qu'élément salvifique qui intervient en l'attaquant, rappelle le thème du salut par l'intervention divine. Il convient de rappeler que la salamandre, dans la mythologie et les sagas populaires, est un animal auquel on attribue la capacité de ne pas succomber au feu et de passer à travers les flammes tout en restant indemne. Enfin, l'oiseau à la base du nu, s'il s'agit d'un hibou, est tout aussi significatif. Contrairement à la culture populaire moderne, dans la mythologie grecque, dont la culture chrétienne puise tant, c'est un animal sacré pour la déesse Athéna, symbole de la sagesse.

Une autre œuvre très intéressante est le monument funéraire dédié à Mgr Guglielmo Capoferro situé à l'entrée de l'église. Dédié à un éminent représentant de la puissante famille San Vittorese Capoferro, il rappelle la figure de ce personnage décédé évêque de Chieti en 1352. Le défunt est représenté vêtu des vêtements sacrés de l'évêque et sur le mur de la tête se trouve le blason de la famille représentant la tête d'un guerrier protégé par une armure de fer, un "chef de fer" en fait. Une plaque commémorative beaucoup plus tardive dit:

 

GULLIELMO III CAPEFERREO

ICI EX TOURONENSIS ECCLESAE

DANS THESAVRARIO GALLIA

EPISCOPVS TEATINUS A BENEDICTO

XII ANNEE MCCCXL CREATVS, ET

ANNÉE MCCCLII MORTVVS EST

SANCTIVICTORENSES CONCIVI SVO

POSVERE

ANNÉE MDCCXXXVI

 

Trad.

 

GUGLIELMO III CAPOFERRO

DÉJÀ TRÉSORIER DE L'ÉGLISE DE GALLIA

DANS LA VILLE DE TOUR

NOMMÉ ÉVÊQUE DE CHIETI

DE BENOÎT XII EN 1340

ET MORT EN 1352

LE SANVITTORESI PLACÉ DANS SA MÉMOIRE

EN 1736

 

Il convient également de mentionner les deux confessionnaux du XVIIIe siècle, qui ont miraculeusement échappé aux bombardements alliés de la Seconde Guerre mondiale, un bénitier de la fin des années 1600 toujours en usage et deux œuvres du sculpteur Alfiero Nena. Le bas-relief "Le Semeur" situé dans l'ambon placé sur le presbytère, inauguré en 2006 et inspiré de la parabole des Évangiles synoptiques, et un crucifix qui en 2007 a été placé sur le maître-autel. L'importance de ces œuvres doit être soulignée car la renommée d'Alfiero Nena est d'un calibre absolu. Son "Cristo Lux Mundi", à partir du 25 mai 1990, domine l'autel central de la basilique romaine de S. Maria del Popolo. Au bout de deux cents ans, une nouvelle œuvre a été admise dans la basilique et le fait que le sculpteur lui-même ait contribué à l'enrichissement artistique de l'église de Santa Maria della Rosa ne peut être qu'un motif de fierté.

 
7.JPG
ChiesadiSantaMariadellaRosa-altaremaggiore.JPG
ChiesadiSantaMariadellaRosa-navatadestra.JPG
ChiesadiSantaMariadellaRosa-navatasinistra.JPG
IMG0833.JPG
IMG0834.JPG
IMG0318.JPG
IMG0274.JPG
IMG0279.JPG
IMG0280.JPG
IMG0275.JPG
IMG0275.JPGIMG_0288.JPGIMG_0290.JPGIMG_0291.JPGIMG_0292.JPGIMG_0317.JPG
IMG_0316.JPGIMG_0321.JPGIMG_0322.JPG
IMG_0315.JPGIMG_0358.JPGIMG_0359.JPGIMG_0357.JPGIMG_0272.JPGIMG_0294.JPG
IMG0303.JPG
IMG0347.JPG
IMG0306.JPG
IMG0457.JPG
IMG0297.JPG
IMG0298.JPG
IMG0459.JPG
IMG0223.JPG
IMG0225.JPG
IMG0222.JPG
IMG0222.JPGIMG_0320.JPGIMG_0329.JPGIMG_0348.JPGIMG_0815.JPGIMG_0825.JPG
IMG0811.JPG
IMG0810.JPG
IMG0813.JPG
IMG0812.JPG
Create Website with flazio.com | Free and Easy Website Builder